Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre (Jean 15:20)

Je pourrais essayer de compléter mon propre témoignage, mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Oui, cette vie de souffrance s’exprime à travers tous ceux qui suivent Christ. C’est comme traverser le désert vers le pays de Canaan. Mais n’allez pas tout confondre : sur la multitude qui a été délivré d’Egypte au travers du baptême, seulement deux y sont parvenus.

« L’homme naît pour souffrir, Comme l’étincelle pour voler » [Job 5 :7].

Nous ne dirons pas que nous sommes créés pour cela, mais personne n’y coupera. A cause de la chute, il n’y a pas de vie paisible en vérité, sur la terre. Nous souffrons à cause du péché, et nous souffrons pour nous en débarrasse. Aussi, « sans effusion il n’y a pas de pardon » [Hébreux 9 :22b].

Je vous ai déjà parlé de la croix. C’est la puissance de la mort de Christ, qui anéantit la création corrompue. L’Esprit de Dieu nous discipline au travers des épreuves, alors nous pouvons croître en résurrection.

Faite attention : ce ne sont pas tous ceux qui souffrent qui grandissent. Tel chrétien progresse avec évidence ; tel autre semble même décliner. Comme il est écrit, « la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort » [2 Corinthiens 7 :10]. C’est le but de l’opération : la repentance des œuvres mortes pour une vie par la foi.

Les œuvres mortes sont la preuve d’un espace non renouvelé et impie dans nos cœurs. Nous devons être exposés dans des situations où nous avons naturellement une réponse de la chair. Ce, afin la connaissance de la justice devienne un territoire de la loi de vie en Christ, après un choix de cœur, même sous pression.

Alors nous vivons avec sagesse, selon la puissance de résurrection qui témoigne de la nature divine, spontanément. Lorsque l’on souffre à cause de la justice, ce n’est jamais pour rien. Ceux qui prennent part aux souffrances de Christ ont forcément part à la consolation (2 Corinthiens 1 :7).

Le fait est que personne ne peut tricher dans ces moments : c’est de cœur que nous agissons. La lettre de la loi consiste en ordonnance des forces spirituelles : fait ceci, ne fait pas cela, etc. Mais Dieu veut nous sanctifier, afin que nous soyons naturellement et sincèrement juste par Christ notre vie. Sachant qu’il est impossible de Lui plaire par des artifices, Il veut le modèle du Fils unique en tous.

Et oui, l’épreuve est nécessaire, non seulement parce que nous agissons de cœur parvenus à un certain point. Car l’Esprit nous connaît mieux que nous-mêmes, pour mesurer Sa discipline. Notre foi dans la connaissance de Jésus-Christ sera confirmée par du fruit, ou notre incrédulité sera exposée.

Ce qui est triste aujourd’hui, c’est que les saints sont enseignés dans la lettre et s’imaginent plaire à Dieu quand ils voient leur œuvre. Cela leur permet de s’illusionner et d’étouffer leur conscience qui n’est pas pure devant Dieu. Comme ils n’ont pas la foi au-delà de la justification éternelle d’un moment ponctuel, ils justifient ce qu’ils connaissent : la lettre. Ils disent voici la parole de Dieu appliquons-là, mais ils n’ont aucune puissance pour cela : ils n’ont que des apparences, pas de vie. En fait, la majorité de ceux qui sont nés de nouveau ignorent ce qu’est réellement la foi.

En principe, l’homme naturel n’a qu’un choix, bien qu’il pense en avoir plusieurs. Pour lui, il y a le bien et le mal ; alors il compte sur sa propre sagesse pour agir. S’il connaît la lettre, son assurance est décuplée. Mais « ces choix » sont « la chair ou la chair ».

Ce qu’il nous faut avant d’agir n’est pas notre propre analyse. L’homme naturel qui veut bien faire ne pourra que faire illusion, au mieux.

Nous devons être simple. Simple ne signifie pas juste, mais au moins, il n’y a pas d’hypocrisie. Le chrétien sera tout du moins honnête.

Si nous faisons des calculs, nous bidouillons une justice impropre au royaume, par nos ressources humaines. Nous ne serons jamais en mesure de plaire à Dieu en cherchant à satisfaire notre propre jugement. Ce qui veut l’expression de Sa nature en nous par la sanctification du Saint-Esprit, nous permet de porter du fruit, Christ.

Voulez-vous plaire à Dieu ou vous illusionner jusqu’au dévoilement des motivations cachées au jugement de la maison ?

Être simple et honnête, c’est le fondement dans la recherche de la justice de Dieu. Bien sûr, nos mauvais œuvres seront exposées, mais le progrès de la foi sera aussi évident. Si vous mettez la mauvaise herbe à l’abri, elle ne brulera pas. Et si elle ne meurt pas, elle occupe l’espace destiné à la semence désirée, la grâce de Dieu.

Je ne dis pas qu’il faut s’abandonner au mal, alors que l’on peut l’éviter. Ce que je dis, c’est que nous ne devons pas faire semblant d’être juste et tromper notre monde. Nous ne devons pas non plus combattre contre la vérité quand Elle nous met à nu.

« Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu » [Jean 3 :19-21].

Allons vers la lumière, vers ceux qui exposent les erreurs et enseignent la justice de Dieu. Si nous recevons la parole de sagesse et de révélation, alors nous auront la victoire dans l’épreuve, en faisant face. Le jugement est celui du cœur qui préfère la tromperie au renouvellement dans la lumière. Ce n’est pas que quiconque soit bon, mais les humbles aiment la vérité et méprisent la honte pour conquérir un royaume de justice.

 

La parole du fondement est un test mineur avant un témoignage adéquat, pour éprouver la foi. Elle concerne l’ordre divine, la structure pour le témoignage de Christ. En effet, Christ ne peut s’exprimer que dans Son Corps, dont le fondement est ordonné ? Ou pensez-vous que vous pouvez choisir les éléments auxquels vous soumettre ? En vérité, si vous ne respectez pas la parole du début, au sujet des choses visibles, vous êtes une plaie à l’Eglise de Dieu.

J’en parle souvent, et peut-être que certains en ont marre. Mais êtes-vous soumis à la sagesse de Dieu, ou agissez-vous selon vos pensées impies ? Le fait est que si vous n’êtes pas soumis selon le modèle scripturaire, vous êtes infidèles et passez par la porte large. Vous suivez la tradition « chrétienne » de la réforme incomplète, au mépris de la justice de Dieu qui est selon la saine doctrine.

La volonté de Dieu est exprimée dans le ministère de vie pour la restauration du sacerdoce et une nouvelle consécration. Reconnaissez-vous la voix du Maître, ou êtes-vous encore esclaves des forces spirituelles du monde. L’hypocrisie recevra un salaire, quand ceux qui aiment la vérité recevront un royaume de justice pour prix de leurs souffrances.

Il n’est pas simple de voir quand on regarde dans la mauvaise direction. Mais vous qui me lisez, n’aurez pas d’excuse en vous détournant de la connaissance de la voie sainte. Ceux qui ne connaissent pas la vérité seront jugés, mais ceux qui ont préféré le mensonge seront sévèrement traités (Luc 12 :47-48).

En vivant dans le monde, les croyants souffrent, mais ce doit-être pour la justice, non dans l’incrédulité. Sinon, nous souffrirons pour rien, à la manière des hommes sans Dieu.