Nous pouvons développer des méthodes nous permettant de toucher notre esprit et d’avoir de la communion. Ces stratégies sont toutefois relativement limitées.

Il y a quelques années, je venais de recevoir une révélation claire sur la communion de la grâce par la reconnaissance. Et le jour du Seigneur, alors que je visitais une dénomination, j’entendis une parole de cette connaissance. Mais dans cette organisation connue pour son enseignement pragmatique, la même révélation s’avéra annuler la foi.

En cherchant l’expérience divine par le calcul, les saints ont sans doute l’impression de goûter à une saveur excellente. En réalité, la grâce que j’expérimentais par la reconnaissance de la vie divine, spontanément, était occasionnelle, mais aussi dans une grande mesure.

Quand j’employais la méthode, je touchais effectivement le Seigneur, mais cela devint une séduction. Ce n’étais plus le chemin, j’allais perdre la réalité du culte spirituel et vivre d’un faible ruissellement jusque-là. En dehors du recouvrement, peu de chrétiens peuvent comprendre mon discours, à cause du courant impur. Les saints ont besoin d’un sens exercé dans la vie pour appréhender la vie et les ténèbres de la mort. C’est parce que j’étais intime et habitué à une grâce abondante que je refusais cette pauvreté.

Ceux qui enseignent de cette façon ont une certaine une intelligence de la parole, quoi qu’elle soit morte pour eux. Leur but est d’extraire la science de la foi, mais ce faisant, il ne leur reste que la loi. C’est une loi qu’ils donnent à pratiquer, non pour la gloire de Dieu, mais par cupidité ou orgueil. Peut-être visent-ils le progrès de leur culte, mais ce ne sont finalement que des chrétiens ignorants et charnels.

Ce ruissellement qu’ils expérimentent, eux et leurs disciples, n’est qu’un culte pauvre de réalité et fier de la chair. Ils se targuent de leurs écoles bibliques et autres cursus diplômants faisant leurs réputations dans la connaissance. Combien sont endurcis sans le savoir, par les ténèbres d’une vision babylonienne qu’ils croient être une gloire de Dieu.

A l’époque, mes expériences étaient constantes, sans être sous contrôle. La perspective d’une grâce sans recherche semblait presque salutaire. Aujourd’hui, certains sont contentés de cette grâce limitées qui les épargne la nécessité d’une recherche intime. D’autres leurs donnent la recette, car ils sont payés pour cela : l’intimité dans l’Esprit est donc surfaite, estime leur cœur méchant. Tous ceux-là sont sans vision spirituelle : ils erreront par un culte de la chair, jusqu’à ce qu’ils soient convaincus, soit dans la victoire, soit dans la défaite. Que Dieu illumine leur cœur avant le jour.

Je me suis rendu compte que ceux qui ne sont pas attachés à la personne du Seigneur ne cherchaient nécessairement l’expérience intérieure par ces méthodes charnelles. Ils auraient sans doute trouvé le chemin d’un meilleur approvisionnement, car Dieu fait grâce aux humbles. Non, la plupart cherchent une expérience extérieure, comme les juifs de l’ancien monde. Pour eux, la foi est le moyen de prospérer et de régner sur la terre. Une fois n’est pas coutume : certains l’admettent fièrement. Mais c’est parce qu’ils n’ont pas conscience d’être idolâtre par leur vision.

Christ est le chemin, la réalité et la vie : voici la vérité. Mais les premières années d’apprentissage sont traversées et rendus utiles par l’amour sans hypocrisies qu’ont les saints pour la vérité. Plus tard, ils comprendront, mais la sincérité doit apparaître dès le début de l’engagement chrétien. Or, combien sont habitués aux ténèbres parce qu’ils ont surtout cherché la justification de leur culte impur ?

La seule méthode infaillible qui soit, est encore l’exercice de nos pensées sur l’esprit, en invoquant Dieu en Christ, afin qu’Il remplisse nos cœurs ouverts et soumis. Chaque jour de jouissance est un festin spirituel, mais au début, cela ressemble à une marche quotidienne interminable. A cause de cela, beaucoup abandonnent cette voie de la persévérance, qui est par la foi et pour la foi, au profit des œuvres mortes. Les saints qui connaissent cette communion savent combien elle est excellente, mais ils plaignent la chair qui en souffre.

C’est la raison pour laquelle il leur faut des ministres fidèles pour les paitre, afin de trouver l’approvisionnement de vie et l’endurance dans la vertu de Christ. Ce ne sont pas dans les sectes protestantes que vous les trouverez. Et je ne parle même pas des « églises » catholiques, puisque vous savez (si vous êtes un vrai croyant) que l’on y prêche pas la foi.

La fameuse reconnaissance est une communion pour laquelle nous recevons la vie et un témoignage de paix en Christ. Non seulement, toutes les œuvres des pensées sur l’esprit sont autant de moyens dans le Seigneur pour recevoir la grâce. Alors invoquons le nom du Seigneur pour trouver grâce dans l’abondance des richesses de la gloire de Dieu, Amen.