Etes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ? (Galates 3:3)

Ce sont les choses qui appartiennent à l’ancienne création. Nous savons que le péché est entré dans le monde, et que par lui, la mort a régné.

La croix de Christ a déchiré le voile, afin que ceux qui croient passent de l’autre côté. Objectivement, les saints sont dans le royaume des cieux. Ce qui veut dire que les forces spirituelles du monde n’ont pas d’emprise sur eux. Mais l’expérience est n’est pas glorieuse chez la majorité d’entre nous.

S’il est vrai que tous ceux qui croient sont sauvés de la perdition éternelle, beaucoup sont faibles aujourd’hui. Nous qui sommes nés de nouveau, règneront pour l’éternité avec Christ. Mais seuls ceux qui témoignent de leur victoire sur le monde, jouiront des prémices du royaume.

L’Eglise est « l’assemblée des appelés à sortir » du monde, de sous le joug ancien. Plus nous sommes sanctifiés dans la connaissance de Jésus-Christ, plus témoignons de Son règne. Or, si c’est par les rudiments du monde que nous marchons, Christ n’est pas exprimé en nous.

La victoire, c’est de vivre comme dans les cieux, malgré les pressions de l’ancienne création. Jésus vivait ainsi, et Il vit en nous par la puissance qu’Il avait sur la terre. Tel il est, tel nous sommes aussi dans le monde. C’est pourquoi, nous cherchons la communion de Sa grâce.

Nous ne parvenons pas à la victoire par des choses extérieures, comme des ordonnances ou l’ascétisme. Nous avons impérativement besoin de la loi de vie, selon laquelle Christ est toute l’expression de la justice. Sans Lui, nous ne pouvons rien faire : nous devons Le chercher en vérité.

Les forces spirituelles du monde agissent dans des espaces non renouvelés. Retenez ce fait, car il est fondamental.

Objectivement, comme je vous l’expliquais, nous sommes dégagés de leurs emprises. La sanctification prend son sens dans ce domaine. C’est le renouvellement des choses anciennes, ces espaces négatifs en nous, dans la connaissance de Christ. En passant à travers la mort de Christ, certaines choses se relèvent en résurrection. C’est ce que fait le Saint-Esprit : Dieu opère la sanctification avec l’œuvre de Jésus-Christ, car Il est le chemin.

Tout ce qui ne passe pas par la croix est l’ancienne création sur laquelle la mort règne. Comprenez-vous ? La mort de Christ anéantit la communion de la mort par laquelle les forces spirituelles du monde règne. C’est pourquoi nous devons chérir la communion des souffrances de Christ : l’Esprit nous discipline pour nous rendre saint.

Je vous rappelle que la loi est la puissance du péché. Pourquoi croyez-vous que Jésus est mort sur la croix ? Il a annulé la loi des ordonnances : ce sont toutes les prescriptions. Désormais, il n’est plus question de chercher la justice par les apparences vides de réalité. Dans la mesure où nous avons la foi, nous ferons la volonté de Dieu sans hypocrisie, par Jésus-Christ en nous. Mais si nous ne croyons pas qu’Il est suffisant, nous vivons sous une loi contre nature.

Soit, nous marchons en Christ, et la justice de Dieu est accomplie en nous, par la foi. Soit, nous luttons vainement, sans jamais plaire à Dieu. Les forces spirituelles nous tentent à tout heure, et nous leur obéissons comme des esclaves. Mais lorsque nous sommes renouvelés dans la vérité, nous visions par une loi de vie, la justice de la foi.

 

Je vous ai parlé des forces spirituelles du monde ; du monde parce qu’ils ne sont pas du royaume de Dieu.

D’une part, nous devons savoir où agissent ces forces : dans le monde. Plus précisément, c’est dans un espace non renouvelé, qui n’est pas passé sous la discipline du Saint-Esprit. Il est évident que le monde gît sous le malin.

Nous les croyants, devons être éprouvés en toutes choses, afin de connaître la vérité, et d’y être affermie. C’est dans cette mesure que nous progression dans le royaume de Dieu, et que nous exprimons Sa justice.

Ensuite, nous reconnaissons que ces forces nous poussent à agir. En fait, peu importe dans un premier temps pour le malin, ce que nous faisons. Tout ce qu’il provoque ne peut être divin et agréable à Dieu. S’il peut seulement nous empêcher de connaître la vérité, nous ne ferons rien de bon.

Il a déjà établi le fondement impie dans la chair : la connaissance du bien et du mal. L’homme naturel est arrogant : il pense que ce qui est mauvais peut exprimer ce qui est bon. Mais à quoi bon tricher avec notre propre nature, il ment pour être justifié. Et lorsqu’il apprend la loi, il s’endurcit, plein d’assurance dans la chair. Pour lui, il sait : il ignore que la vraie justice est une expression spontanée, non du calcul.

Si nous sommes vrais en nous-mêmes, nous verrons que nous faisons le péché qui est en nous. Mais par la sanctification, nous renversons la balance de la nature adamique, pour l’expression divine. Or, seule la vie divine exprime la justice divine de nature propre. Il est écrit que Christ a été fait toute justice pour nous, et même toute sagesse pour une œuvre complète.

 

« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes » [Ephésiens 6 :12].

Les esprits du mal sont les gouverneurs ce monde de ténèbres. Plus vous vous entêterez dans l’incrédulité, plus ils domineront sur votre témoignage. Cette pathologie est le mystère d’un aveuglement.

Vous remarquez sûrement combien je vous parle des dénominations « chrétiennes », ces sectes hors du fondement. Eh bien, elles sont une grave conséquence de ces forces spirituelles.
On attribue les ordonnances aux anges, et c’est les esprits mauvais qui maintiennent les hommes sous ce joug. Que se passe t-il dans les sectes protestantes ? Faute de connaître la vérité, des hommes en privent le peuple de Dieu. Les saints regardent un homme ignorant, qui les enseigne les rudiments du monde. Ils sont tous religieux et sans approvisionnement de vie, pour vivre dans le royaume. Le Seigneur dit qu’ils passent pour être vivant, seulement parce qu’ils ont la vie éternelle. Mais ils sont morts, ils n’expriment aucune justice de la vie divine, seulement les dehors de la parole.

Peut-être n’avez-vous que peu de connaissance. Mais je vous dis que le système pastoral, cette branche du nicolaïsme, est impie. Le Seigneur haït ce qui le coupe de Son Corps (Apocalypse 2 :6), car Lui seul est légitimement la Tête. Et si ce n’est pas Lui qui est exprimé dans Son Corps, pourquoi est-ce nous par l’impiété ? Ce sont de faux apôtres, des serviteurs du malin qui ont amené cette hérésie. Pour nous, cherchons la foi dans la vérité, afin qu’Il ait une pleine expression de Son règne en nous.

Savez-vous ce qu’est un apôtre ? C’est un serviteur que l’on envoie avec tant de « force », que son œuvre perdure comme une loi. Le malin aussi a ses apôtres impies, pour tromper le peuple et le rebeller contre l’ordre divin.

Il n’est pas étonnant que le monde entier fonctionne selon ce mystère de l’iniquité, mais il gangrène le christianisme. L’église catholique romaine est la pire abomination de l’empoisonnement des esprits qui y habitent. La foi n’y est pas, il y a seulement des prêtres de la malédiction qui paissent les incrédules.

Les nicolaïtes qui sont animés par ces forces spirituelles et qui enseignent leurs rudiments, sont des médiateurs mensongers. Le pape est appelé dans le monde « vicaire du Fils de Dieu ». Vous le croyez ? Le monde croit qu’il est le plus grand après le Seigneur. Le fait qu’il ait une coiffe, signifie qu’il ne reconnaît pas le Christ comme chef, que le sien n’est pas au ciel. Vu que l’église catholique est une œuvre du malin, voici son chef, qui soit dit en passant le haït.

Le Seigneur s’est lassé de ceux qui ont connu « les profondeurs de Satan », mais Il appelle les autres à la repentance. Les nicolaïtes ignorants et leurs adeptes peuvent encore se repentir.

Les apôtres ont établi un fondement, et sans celui-ci, nous ne pouvons rien édifier de saint. Commencez par être fidèles dans les choses simples comme le fondement, alors la grâce coulera spontanément. Dès lors, vous chercherez et vous trouverez.

Ne croyez pas que les manifestations soient des preuves de justice. Je publierai, si Dieu le veut, un enseignement sur les dons spirituels, qui vous éclairera.

Même si la foi a un témoignage visible, vous ne devez pas y prétendre par la loi. Comprenez : la foi est un moteur spirituel intérieur, alors que les rudiments du monde vous poussent à l’usurper. Si vous croyez, vous agirez, c’est sûr ; si vous ne croyez pas, tout ce que vous fait est mensonger. Apprenez Christ et Il s’exprimera dans la justice.

La réalité de la foi est sans cesse combattue dans le monde. Quand elle manque, nous pratiquons des œuvres mortes : le péché ou des illusions de justice. Ces œuvres mensongères peuvent tromper des hommes, car elles trompent leur artisan d’abord. Mais la sagesse et la connaissance de Dieu éprouvent toutes choses, et mettent à nu les détours. Ceux qui ont les pensées de Christ jugent de tout, puisqu’ils sont eux-mêmes conforment à la foi.

Je ne trouve pas cela extraordinaire : c’est simplement la différence entre réalité et mensonge, connaître ou non.

Le malin sait que l’intelligence spirituelle varie d’un croyant à l’autre. Si nous devons grandir, c’est afin de ne plus être ses proies. Vous savez que le diable rôde comme un lion rugissant pour dévorer qui il peut (1 Pierre 5 :8).

La parole que vous entendez doit être un pas de plus vers la vérité et la justice de la foi. Repentez-vous ! Que vous ne vous réveilliez pas trop tard, Amen.