Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un coeur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant (Hébreux 3:12)

Dans mes messages, je parle souvent de vie, mais la connaissance de la vie est une affaire privée.

« Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire » [Colossiens 3 :1-4].

Que dit l’apôtre Paul ? Que compte tenu de notre passage au-delà du voile, nous devons vivre en phase avec le royaume. En effet, l’homme charnel ne le comprend pas, mais nous sommes dans le royaume invisible, actuellement. La gloire de Dieu, Christ, est dans l’Eglise, et les incrédules ne sauraient discerner plus que le pouvaient les contemporains de Jésus.

Comme cette gloire est réservée pour les saints, c’est à nous d’en jouir. Et il dit que nous devons chercher les choses célestes plutôt que les choses de la terre. Ce dont nous avons besoin nous est pourvu, car Dieu ne nous délaissera jamais. Nous devons seulement chercher Son royaume et Sa justice, Lui, nous soutiendra dans cette voie sainte.

N’est-ce pas (le royaume de) Dieu notre véritable patrie ? N’est-ce pas la foi, le vrai sens de notre vie chrétienne ? Alors nous devons apprendre à vivre dans le royaume, et exercer la justice envers nos frères, en rejetant les rudiments des hommes incrédules.

La vie nouvelle s’exprime dans l’Eglise, envers les saints, car nous sommes dans le secret. Etant morts, nous n’avons aucune légitimité à nous manifester dans le monde. En réalité, nous sommes dans une maison, le royaume hors du monde, une ambassade, en attendant le jour.

Toute grâce est pour les saints, afin qu’ils jouissent des choses d’en haut, et qu’ils se repentent des choses d’en bas. Comme je vous l’ai dit, nous devons apprendre la vie céleste et ne faire qu’un avec Christ.

La révélation des fils de Dieu viendra pour l’âge du royaume, quand Christ reviendra corporellement, non pour le siècle présent. Alors les saints vainqueurs régneront mille ans avec Lui, et la gloire de Sa justice remplira la terre comme (aussi) le ciel. Seuls ceux qui auront persévéré dans cette vision céleste, seront récompensés pour leur foi.

En vérité, Christ est vivant, mais le témoignage que nous devons donner au monde est celui de Sa mort. Il n’y a rien de paradoxale, car le temps n’est pas encore venu de régner, mais de sortir du monde. Nous avons déjà vaincu par le sang de l’agneau, mais nous devons achever notre témoignage (Apocalypse 12 :11). Dans ce passage d’Apocalypse, le témoignage est du même genre que celui de Jésus face au diable dans le désert. Nous devons combattre les forces spirituelles du monde en nous attachant à la saine doctrine.

Je ne parle pas de prédication, car la bonne nouvelle que nous annonçons est confirmée par Sa résurrection. Il s’agit plutôt d’un témoignage de douceur, une passivité dans les affaires de la terre, car nous n’y sommes pas chez nous. C’est ce que signifie « Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre ! » [Matthieu 5 :5]. En prenant partie dans ce siècle, nous ferions le jeu de Satan, car il n’y a pas de justice possible. Ne perdons pas notre temps dans une lutte de la chair, quand les armes de Dieu sont tout simplement efficaces.

Objectivement, nous sommes indépendants des rudiments du monde, libérés des convoitises et de l’orgueil. Nous ne combattons pas selon la chair, mais nous menons une lutte contre les esprits qui gouvernent ce monde. De plus, nous travaillons à une victoire totale sur l’ennemi de nos âmes. Quand le temps sera venu, Christ paraitra avec les vainqueurs pour détruire ces ténèbres et établir Son royaume.

 

Le repas du Seigneur est un rappel du témoignage à rendre de Lui.

« …après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne » [1 Corinthiens 11 :24-26].

« Jusqu’à ce qu’Il vienne » : c’est plutôt clair, non ? Dans ce cas, croyez-vous qu’il soit juste d’agir au contraire de Sa volonté ? Car ce n’est pas à la saine doctrine que correspondent les enseignements sur la domination du siècle présent. Frères et sœurs, ne vous laissez pas tromper pas des paroles de néant dans la bouche de gardiens de l’erreur.

Ignorez-vous Ses commandements ? « Vous avez appris qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.
Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » [Matthieu 5 :38-44].

Vous n’intégrez pas ce qu’Il dit : comment dominer sur un monde méchant en y étant seulement bienveillant et docile ? Ce n’est pas possible. Soit, vous comprenez que le Seigneur nous dit d’être paisible au dehors. Ou vous agissez en fils du tonnerre contre les hommes injustes du dehors. Mais Il nous dit aussi que nous serions inspirés de l’esprit du monde. Là encore je vous l’ai dit : c’est le jeu pernicieux du malin, où il n’y a pas d’issu juste. Nous avons seulement la paix dans le monde, pas la justice.

Notons ce que dit l’apôtre Paul. « Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous » [1 Corinthiens 5 :12-13].

Il explique que ceux du dehors, les incroyants, ne sont pas notre affaire. Ils sont hors du royaume. Nous sommes obligés de côtoyer l’homme naturel, car nous sommes physiquement chez lui. En conséquence, nous ne pouvons pas les juger, seulement agir avec bienveillance, quoi qu’avec prudence. Mais toute la justice doit s’appliquer aux saints. Je ne dis pas que nous sommes sans miséricorde, toutefois, nous travaillons avec ceux qui cherchent le royaume et la justice de Dieu, plutôt qu’ils affectionnent le monde et ses rudiments impies.

Dans l’Eglise de Dieu, nous faisons du bien à nos frères et sœurs, selon le don de la grâce. Si chacun fait ainsi, sans dépasser la foi, alors nous jouissons richement de Christ. A cause de la nouvelle alliance, nous avons tout ce qu’il nous faut dans l’attente de la gloire millénaire. Ce royaume est caché au milieu de nous, donc nous sommes seuls concernés.

Mais le Seigneur nous dit : « Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée » [Matthieu 5 :14]. Les hommes verront une gloire, l’amour parmi ceux qui ont le témoignage. C’est parce que l’amour de Dieu inspire toutes œuvres dans le royaume, et irradie les consciences pour la repentance. Cette amour qui nous pousse au sacrifice pour le bien de quiconque, même celui de nos ennemis dans la chair.

Il n’en demeure pas moins que le témoignage de l’Eglise est celui de la mort du Seigneur. Car l’amour L’a conduit à la mort de la croix, le sacrifice pour nos péchés.

 

Maintenant, nous devons admettre que nous n’avons pas suivi la saine doctrine. Je ne parle pas de toute l’Eglise, mais d’une majorité. Toutes les divisions ont non seulement empêché ce témoignage, mais elles montrent une appartenance à ancienne création.

En effet, comme disait Paul : « Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels. En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme ? Quand l’un dit : Moi, je suis de Paul ! et un autre : Moi, d’Apollos ! n’êtes-vous pas des hommes ? » [1 Corinthiens 3 :1-4].

C’est exactement ce que font les dénominations. Les saints sont devenus sectaires et partiaux. Nous étions prévenus de pas concevoir d’orgueil en faveur des hommes, et notre désobéissance a détruit le témoignage. Si nous étions fidèles, nous respecterions le fondement scripturaire que Dieu a ordonné pour l’édification des églises. Nous aurions reconnu les véritables conducteurs, au lieu de suivre des mercenaires.

Dans un témoignage que je vous livre, j’admets avoir pris part au protestantisme. Mais la grâce qui m’a poussé hors de cette hérésie, vous a sans doute été proposé. Seulement, vous ne l’avez pas reconnu pour un salut complet, préférant le mensonge de cœur. Ce qui vous différencie des incroyants, c’est qu’eux, n’ont pas reçu le salut initial (Jean 1:5, 12).

Les vainqueurs que Dieu cherche sont ceux qui répondent à l’appel de la justice en entendant la vérité. Et beaucoup peuvent dire qu’ils sont dans la foi, mais ils sont nus devant les fidèles. Un imposteur ne peut tromper que son monde.

Frères et sœurs, un vase neuf contient bien plus que les morceaux d’un vase brisé. Que sont les associations humaines appelées « églises » et les autres hérésies ? Des amas de vases brisés. Si nous étions unis sur le fondement, chaque localité serait un témoignage puissant au-dedans et glorieux au dehors. Malheureusement, ce que les hommes voient de l’Eglise, c’est des œuvres impies qu’ils peuvent juger.

La gloire que nous sommes censés avoir pour le gens du dehors ne peut être louée. Et combien des hommes aurions-nous attiré en étant fidèles à la saine doctrine ?

Mon travail peut paraître vain, et je ne me fais pas d’illusion. Quand le Seigneur m’a dit dans une vision : « plus de la moitié », je ne réalisais pas la difficulté avant longtemps. Dans un environnement perverti par le protestantisme et les sectes, peu devraient se soumettre à l’ordre divin. C’est pourquoi ceux qui répondent à l’appel céleste sont des vainqueurs. Eux seuls peuvent être approvisionnés pour témoigner d’une vraie gloire de Dieu.

Des localités qui respectent le fondement existent, mais ce n’est pas vers eux que je suis envoyé. Mes discours ne laissent pas de place à la prétention : si vous me lisez, alors vous connaissez votre condition. C’est contre l’apostasie que je parle, à ceux qui s’imaginent être dans la vérité, étant dans l’erreur et la vanité. Aussi pour réveiller ceux qui sont dans un contentement du salut initial, et méprisent leur devoir de sanctification.

Beaucoup ne recevront pas mon témoignage, ni celui des autres ministères de vie. Alors je me contenterai de ceux qui s’avéreront aimer Dieu sans hypocrisie, qui rejettent leur vie dans le monde. Mais je crois qu’un réveil avec la destruction de structures impies, vient. Car Dieu combat dans cette affaire, afin de moissonner les futurs gouverneurs du royaume millénaire.

C’est parce qu’Il a pu m’éveiller, que je suis un ministre de vie. C’est parce qu’ils sont vainqueurs de Dieu, que les saints recevront le ministère.

Je vous le dis, une sélection est en cours avec ce sceau : « le Seigneur connaît ceux qui Lui appartiennent ». Que la grâce soit avec vous.