nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire (1 Corinthiens 2:7)

« Le disciple n’est pas plus que le maître ; mais tout disciple accompli sera comme son maître » [Luc 6 :40] ; « En vérité, en vérité, je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son seigneur, ni l’apôtre plus grand que celui qui l’a envoyé » [Jean 13 :16] ; « En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement » [Jean 5 :19].

Ce n’est pas en vain, ce n’est pas de manière hasardeuse que Dieu parle. Tout ce qu’il fait, révèle un plan minutieux, sans improvisation, ni faille, sinon l’incrédulité de l’homme. Rien n’est fait sans raison, au contraire, tout est cohérent et resserré.

Nous avons la preuve d’un manque de connaissance, lorsqu’il y a des divergences d’opinions. Mais les divers avis ne sont pas acceptables devant Dieu : ils n’édifient pas.

Il n’est pas question de prendre quoi que ce soit, qui n’est pas la pure vérité. Jamais la connaissance ne sera l’objet d’un débat. Et ne croyez pas que ce blasphème est sans conséquence. Les hommes devront rendre compte des paroles vaines de leur bouche, à moins qu’ils ne se repentent.

Certains ont une puissance pour la vérité, ils peuvent faire le tri entre les ténèbres et la justice. Si vous n’êtes pas de ceux-là, taisez-vous ! A moins que vous ne soyez convaincus par la vérité, vos paroles vous condamnent.

Prenez garde à votre faible discernement, car tous prétendent détenir la vérité. Pour ma part, je ne m’inquiète pas que l’on me croie ou non. C’est une chose importante, mais une souffrance dont le Seigneur m’a guéri dans l’épreuve. Vous êtes responsables de votre choix de cœur : croire ou ne pas croire, devant toute parole.

Commencez par respecter le Seigneur. Si vous êtes en dénomination, c’est que vous reniez déjà le Seigneur, hors du fondement. Vous êtes infidèles dans la simple connaissance de la justice. Il a ordonné que l’église locale soit les saints d’une ville, ni plus ni moins. Oserez-vous dire qu’Il honore la désobéissance ?

Bien sûr, ici je pourrais parler de beaucoup d’autres choses injustes de cette génération, mais je le fais ailleurs. Ce n’est pas vraiment le sujet du message.

Ce que vous devez comprendre, c’est que vous ne pouvez avoir aucune assurance spirituelle hors du fondement. Vous pourriez être convaincus de beaucoup de chose sans réalité. Je le dis assez souvent : toute grâce vient de la Tête, mais les dénominations ne sont pas soumises.

Peut-être que jusqu’à maintenant, vous vous endurcissez dans la bêtise. Je suis moi-même issu du protestantisme. Mais je soupçonnais très tôt que le modèle qui s’affichait fièrement n’était pas la gloire de Dieu. Et vous, croyez-vous que Dieu soit exprimé dans ce que vous voyez si souvent en dénomination ? Est-ce cela, la gloire de Dieu pour vous, les pasteurs de l’erreur et les enseignants de néant ?

« L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres ! » [Matthieu 6 :22-23].

« Jésus leur dit : La lumière est encore pour un peu de temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne vous surprennent point : celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s’en alla, et se cacha loin d’eux » [Jean 12 :35-36].

La preuve est faite que vous ne savez rien sans la lumière. Or, la lumière est celle de la grâce qui coule de la Tête, Christ (Oint), sur le fondement. Nous n’avons rien d’autres des illusions vaines, la corruption de la chrétienté, hors du fondement. J’ignore combien d’entre vous croient à la parole du ministère. Mais la foi est visible, et elle ne saurait passer inaperçue devant les croyants spirituels. Les orgueilleux et les incrédules du peuple bombent le torse, et descendent sur le chemin des ténèbres. Ils sauront toute l’histoire, au jour du jugement de la maison.

Tout ce que vous pensez quand vous n’êtes pas soumis à la Tête, en vérité, n’a pas de fondement. Au-delà du simple salut, vous n’avez que la lettre morte, et Christ n’est pas glorifié en vous. Si vous écoutez e ce ministère et que vous recevez l’Esprit dans la foi, Il restaurera votre position. Alors vous serez instruit de la sagesse.

Une dénomination est une rébellion à la manière de Babel. Les descendants de ceux qui avaient été sauvés, s’unirent pour se faire « un nom ». Ils cherchèrent à s’émanciper de l’ordre divin, une aspiration non-avouée aujourd’hui. Seulement, ces sectes ne viennent pas de Dieu.

Les protestants s’empressent de condamner le catholicisme, parce qu’il est plus évident pour eux d’y voir la bêtise. Et je ne dirais pas le contraire : la profondeur des ténèbres y est insondable. Mais ils sont aveugles concernant leur propre situation. S’ils sont un peu comme moi, ils vivent un malaise en attendant l’Auteur de leur délivrance. S’ils hypnotisés dans l’apostasie… je leur souhaite un miracle.

Des hommes arrogants et sans crainte ont manqué de confiance dans le Seigneur. Il a dit qu’il bâtira Son Eglise, mais les hommes ont agi sous l’inspiration de la chair. Ils gonflent le biceps, et ceux qui ont moins d’assurance tombent sous leur joug impie. Frères et sœurs, qui êtes dans ces dénominations, vous êtes dans un hospice. En aucun cas vous ne pourrez être édifie devant Dieu, hors du fondement qu’Il ordonne. L’arrogance et l’orgueil, ne vous vaudra que des pleurs et des grincements de dents, en perdant la couronne de justice.

Je ne dis pas qui crée une dénomination avaient de mauvaise intension, mais c’est une œuvre d’incrédulité. Moi-même, j’ai été tenté, et le Seigneur m’a ouvert les yeux dans l’épreuve, afin que je témoigne. J’avais tout prévu pour donner un meilleur cadre aux saints, mais c’était de la prétention. Ce que le Seigneur fait est parfait, c’est nous qui sommes incrédules et aveugles.

Qui est le disciple de la sagesse ?

C’est la foi. On peut aussi dire que c’est le croyant. En fait, la foi est l’identité du croyant. Tout ce qu’il est au travers du voile, dans le royaume, est une substantialisation de la réalité. Nous nous approprions notre moi divin par le renouvellement de la sagesse. C’est simplement une part substantialisée de sagesse qui est notre vie divine, que Dieu connaît avant la fondation du monde.

Doutez-vous que Dieu savait ce que vous seriez, même avant votre naissance ? De même, Il sait tout avant toute chose ; Il nous a connu d’avance et travaille à nous révéler dans la sagesse.
Les saints sont trop occupés à vivre et à se conformer à ce siècle impie. Ils sortent en joyeuse bande, ils suent pour un salaire et pour leur survie. Ils n’ont pas l’expression de la sagesse divine, mais plutôt celle des hommes. En effet, ce qui est nécessaire pour eux, dépend de la terre. Si vous me connaissiez intimement, vous verriez que la foi est à l’opposé du monde.

C’est pourquoi l’apôtre Jean dis qu’il est évident que celui qui croient triomphe du monde (Jean 5 :4-5). La parole est lettre morte dans les incrédules.

Lorsque nous sommes instruits des choses d’en haut, nous grandissons par les ressources des cieux. Ce n’est pas étrange : cela signifie seulement que nous évoluons à contre-courant du monde, vers Christ. Nous sommes transformés à l’image de la sagesse vivante, dans la portion de notre identité glorieuse et divine.

Ce qui naît de la chair évolue selon la chair, avec des éléments du monde matériel et inique. Ce qui naît de l’Esprit s’édifie en Christ avec des éléments de la sagesse de Dieu.

Nous avons passé la première sélection, celle de la grâce, afin d’entrer à l’école de Dieu. Mais la deuxième partie du processus consiste à apprendre Christ, en rejetant la sagesse humaine. Cette dernière et Celle de Dieu sont opposées : il est impossible de compter sur Dieu et sur le monde en même temps. Ce serait comme dire : « il faut que je parts pour vivre éternellement, mais je reste pour ne pour ne pas mourir ».

La sagesse est toujours une option de vie. Lorsque nous recevons la sagesse de Dieu, nous nous conformons de cœur à la loi de vie du royaume. A quoi pensez-vous que sert la parole de Dieu ? Elle est le chemin du royaume des cieux. Si nous grandissons avec les ressources impies du monde, c’est pour la vision babylonienne. Mais la vision céleste formée par la parole de vie nous fait transcender les pitoyables limites de l’ignorance.

La connaissance n’est pas innée dans le monde, c’est l’Esprit des ministères nous révèle toute chose. Ceux qui jouissent abondamment du monde ne peuvent pas connaître les choses d’en haut. « je crois mais je ne crois pas » signifie « je ne crois pas ». Le royaume de Dieu, n’est pas en parole mais en puissance, avec un témoignage réel de la sagesse. Que dis le Seigneur du courant protestant dans l’Eglise ? Qu’il passe pour être vivant, mais qu’il est mort. La sagesse de Dieu n’y est pas.

Il y a un but avoué dans l’Evangile. Je vous dis un mystère : nous sommes instruits par le Père pour être les gouverneurs du royaume. C’est ainsi qu’Il obtient Son repos, lorsque que nous serons complets dans la sagesse afin tout gérer avec Christ.

Certains s’imaginent surement qu’ils seront renouvelés d’un coup, sans souffrance et sans recherche de la grâce. Ils font l’impasse sur le rôle même de la saine doctrine.

« Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur » [1 Corinthiens 1 :30-31].

Ici, la sagesse ne s’ajoute pas à la justice, la sanctification et la rédemption. Elle est l’ensemble de ces choses. La justice fait référence à la nouvelle naissance et la sanctification est toutes les opérations qui suivent jusqu’à la fin. La rédemption mentionnée ici, est la résurrection du corps mortel. L’Évangile nous expose toutes ces choses, et nous en montre le chemin. Nous ne pouvons pas passer à une étape sans compléter la précédente. Quelle sanctification avons-nous avant la nouvelle naissance ? De même, il n’y a pas d’expression finale de la sagesse sans sanctification.

Normalement, quand nous croyons, nous sommes sauvés : c’est la part de Dieu, et Il le fait. Le baptême est censé être notre engagement dans la sanctification, mais nous ne sommes pas fiables. Voyez seulement votre progression. En quoi honorez-vous le salut qu’Il vous propose ? En y travaillant, où en prenant toutes choses pour acquises ? Quant à la rédemption du corps mortel, il sera en fonction de la sanctification.

Je peux vous assurer que tout sera fait, si vous avez cru au départ. Mais ceux qui n’ont pas travaillé comme ils le devaient en recevant les ministères fidèles, passeront à côté des prémices du royaume éternel, dans l’âge à venir.

Enfin bon, ne croyez pas que la sagesse vous sera téléchargée sans peine à la fin, sans payer le prix. Il n’y a pas de détour vers la conformité à votre identité céleste. Soit, vous payé le prix aujourd’hui en rejetant le monde au profit de la sagesse de Dieu. Soit, vous comprendrez dans les pleurs et les regrets amers, ce que signifie « les premiers seront les derniers ».

Peut-être pensez-vous être crédible dans votre marche à l’heure actuelle. Faites attention : Dieu fait grâce aux humbles, ceux qui admettre leur manque et leur besoin. Mais Il laisse les orgueilleux à la puissance de l’égarement. Ne vous mesurez pas avec votre propre mesure, mais avec la sagesse de Dieu.

Les incrédules, même parmi les saints, se laissent persuader que Dieu honore leur idolâtrie. Si quelqu’un vous a dit qu’Il veut que vous soyez riches dans ce monde, il vous a mentit. Ce n’est pas un péché d’être fortuné, mais les riches ont une occasion de chute dans leur possession. La sagesse vous dira « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi » [Matthieu 19 :21].

« Recommande aux riches du présent siècle de ne pas être orgueilleux, et de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines, mais de la mettre en Dieu, qui nous donne avec abondance toutes choses pour que nous en jouissions. Recommande-leur de faire du bien, d’être riches en bonnes œuvres, d’avoir de la libéralité, de la générosité, et de s’amasser ainsi pour l’avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable » [1 Timothée 6 :17-19].

Dieu ne vous appelle pas à réussir dans le monde, mais à vous en éloigner. J’ai appris et j’apprendrais davantage à me confier dans la sagesse de Dieu. Le contentement de Sa fidélité est une gloire sainte.

J’ai cette confiance en mes frères et sœurs fidèles, qu’ils ne se lassent pas d’être confirmés dans la foi. Les soi-disant serviteurs de Dieu, qui ne Le servent pas en réalité, vous réunissent en dénomination au mépris de la Tête. Peut-être même, les avez-vous désignés en disant : « la tête de l’église ». Moi, votre serviteur, ait entendu ce témoignage d’abomination plus d’une fois. N’errez pas dans ce monde religieux de manière abrutie, réveillez-vous !

Le malin a manœuvré afin que les avertissements des Ecritures ne servent à rien pour beaucoup. Une multitude conçoit de l’orgueil pour les nicolaïtes des dénominations disant : « moi je suis de… ; mais Christ n’est pas divisé. Il est la sagesse de Dieu de qui toute gloire divine dépend.