Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ (1 Corinthiens 2:16)

C’est le sujet le plus large qui soit : c’est toutes les implications de la saine doctrine. Aussi, vous comprendrez qu’il est impossible de compléter un tel enseignement en un message.

 

Le comportement de la sagesse

« Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. Mettez-vous en garde contre les hommes ; car ils vous livreront aux tribunaux, et ils vous battront de verges dans leurs synagogues ; vous serez menés, à cause de moi, devant des gouverneurs et devant des rois, pour servir de témoignage à eux et aux païens. Mais, quand on vous livrera, ne vous inquiétez ni de la manière dont vous parlerez ni de ce que vous direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à l’heure même ; car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous » [Matthieu 10 :16-20].

Dans toutes les Ecritures, l’Esprit nous montre très bien ce qu’est la simplicité. Nous n’avons pas à dissimuler notre foi : nous devons vivre par le témoignage de Christ. Mais nous n’ignorons pas, si nous discernons la haine du monde, que nous sommes en territoire ennemi.

Être simple, c’est être transparent, assez pour que personne ne soupçonne d’intention cachée dans notre présence. Être prudent, c’est par contre, nous méfier des hommes dans le monde, car ils nous haïssent à cause du témoignage.

L’une de mes premières révélations concernant mon parcours était dans un songe, chose qui m’est rarement donnée sous cette forme. Je ne partagerai pas toute cette vision, mais voici, l’Esprit m’a montré ce qu’il y avait dans le monde.

C’était la deuxième partie, sur trois, de cette scène : je combattais au corps à corps avec triomphe sur le monde. Il était représenté par une horde de loups, visibles uniquement à la lumière de la lune. Or, la clarté de la lune est la réflexion de la gloire de Dieu, quand tout est ténèbres. Mais ce discernement vient avec la croissance dans la vie, qui fait gravement défaut à cette génération.

Nous sommes sans cesse éprouvés, seulement, une fois sur mille nous ne le remarquons pas. Ce n’est pas grave en soi, mais sans connaissance de notre l’échec, nous dégringolons sans frein. Le fait est que nous agissons selon ce que nous sommes : présomptueux ou humbles, individualiste ou soumis.

Les forces spirituelles du monde nous tentent à tout instant. Certains sont chaque jour accrochés à l’hameçon, en se débattant sans succès. Ils comptent sur leur propre sagesse pour vivre, même s’ils souffrent en échouant tout le temps. D’autres sont dans des filets plus ou moins larges. C’est ceux qui ne s’inquiètent pas ou peu de la justice, car ils sont dans la masse des brebis conduit à l’abattoir.

Après ces deux catégories dans le piège du monde, nous avons les vainqueurs. Ceux-là ont compris qu’il n’y a que faiblesse en nous-mêmes, par rapport aux premiers. Ils ont aussi échappé au sort de la masse sans la vision céleste qui suivent des hommes incompétents.

Les saints qui semblent échapper à la haine du monde, sont pleins de compromis, dans le meilleur des cas. Ils sont malheureusement trop nombreux, allant vers la perte de la couronne de justice. Ils ont eu leur bien dans cette vie, comme a dit le Seigneur à l’homme riche, contrairement à Lazard. Ils ne portent pas l’opprobre de Christ, qui souffrit à cause de Son témoignage contre le Péché dans le monde.

N’associez pas mes paroles à des pensées impies, sans onction de vie. Si vous pensez obéir en prêchant la loi dans le monde, vous êtes bien plus victime de ses rudiments. Vous devez apprendre Christ par la parole de vie et par l’épreuve dans votre foi, afin de servir Dieu.

Il ne sert à rien d’invoquer la sagesse humaine. Si je suis formé pour vaincre et communiquer la victoire de Christ, c’est dans ce domaine. En effet, le Seigneur m’a montré Sa puissance en moi contre les forces spirituelles du monde. Et sachez que nul ne peut donner ce qu’il n’a pas, mais que l’économie nous est confiée pour la partager. Ce que j’ai, je vous Le donne au Nom de Jésus-Christ.

La sagesse que je vous propose vous sépare des illusions des courants du monde qui vous distraient. Le monde est un désert qui assèche toute plante, en y amenant ses racines. Dans ce cas, dépouillés de la saveur du témoignage de Christ, à quoi servez-vous ? Quel danger représentez-vous pour le royaume mensonger du tentateur ? Il n’est pas étonnant que les vaincus du peuple ne soient pas plus ciblés par la haine du monde : ils le ressemblent.

Lorsque nous sommes simples, acquis à Dieu dans la foi de Christ, nous avons Son témoignage. C’est spontanément qu’Il s’exprime en nous qui croyons, selon les richesses de Sa gloire.

La question qui se pose, c’est où est votre foi ? Car les fruits de la repentance ne peuvent être usurpés. Faire semblant de croire vous maintient dans l’illusion qu’écouter, c’est se soumettre. En vérité, si vous croyez, vous aurez des réactions spontanées, où vous vous conformerez à la saine doctrine.

Combien est large l’Evangile, et vous serez soumis sur le fondement. Combien est-Il élevé, et vous saurez tout par la parole de vérité. De plus, Il est profond, alors Dieu nous fortifie par Son Esprit pour un témoignage complet de Christ.

La sagesse de Dieu, Christ, n’a pas de sens pour les incrédules. La foi n’est pas la simple connaissance que tous peuvent lire et répéter comme un poème. Elle devient l’identité complète d’un croyant dans un aspect mesuré de Christ. J’ai écouté bien des frères parler, et je témoigne que la connaissance n’est pas sur leurs lèvres.

C’est la sagesse qui vous justifie pour le salut de la nouvelle naissance, par la foi. C’est Elle qui me fait parler, et qui vous permet de comprendre. Vous avez un mérite à recevoir le ministère, ce qui vous conduit à rejeter les ténèbres. Mais si quelqu’un n’est pas sincère dans la foi, il est ce que le Seigneur vomit.

Vous serez toujours éprouvés dans votre amour pour la vérité. Plusieurs font trafic de la parole, et de vous, mais vous êtes tenu d’éprouver leurs œuvres. Sachant que l’Esprit annonce depuis longtemps l’hypocrisie du peuple, préférant des enseignants de néant plutôt que le ministère de vie.

Vous serez récompensés pour votre zèle à vous laisser conduire et à chercher bien plus de grâce. Dieu fait en effet grâce aux humbles, qui sont convaincus des promesses de Dieu en Christ. Ceux-là Le cherchent de tout leur cœur, et Dieu est fidèle pour réaliser l’espérance qu’Il leur donne.

 

La foi opposée à la sagesse humaine

J’ai entendu quelqu’un dire qu’il était insensé de croire que toutes les espères animales étaient entrées dans l’arche de Noé.

La sagesse de Dieu dépasse l’intelligence humaine, et Ses œuvres sont un mythe pour les incrédules. Les hommes pourraient se vanter, et se moquer de la foi. En réponse à cela, nous pourrions être couvert de honte. Ils pourraient nous dire : « celui qui a écrit la Bible a profité du manque d’intelligence de ses contemporains ».

Quand on les entend parler contre les Saintes Ecritures, nous les voyons fiers. Peut-être avons-nous une réponse pour nous défendre, sans grande assurance pour les convaincre. Peut-être certains sont-ils ébranlés par la multiplication de leurs arguments. Je vous assure que ce n’est pas une preuve de leur force de raison. C’est surtout un manque évident de foi de notre part.

 

Le but du message n’est pas de répondre aux détracteurs, mais d’exposer un contraste.

Celui qui connaît Dieu, possède bien plus de sagesse que l’intellectuel. Son processus correspond à une connaissance croissante dans une dimension céleste. C’est comme si nous étions des hommes de tout âge, destinés à grandir et à évolués, et que les incrédules n’étaient que des animaux au comportement étudié et basique. D’ailleurs, l’apôtre Paul les appelle « homme animal », qui ne reçoit pas la sagesse de Dieu (1 Corinthiens 2 :14).

Les saints ont une semence de gloire en eux, qui doit grandir et les compléter. Devant un homme spirituel mature, l’incrédulité apparaît clairement, et il peut répondre par une sagesse, plein d’assurance. Cela ne signifie pas que nous devions quoi que ce soit, à ceux qui nous interrogent. Mais quand nous connaissons Dieu, nous savons que la logique ne justifie pas Sa puissance.

Lorsqu’Elie se rendit à Sarepta, le Seigneur accomplit une œuvre (1 Rois 17). Il n’y a pas de logique à chercher : c’est le simple fait de Sa puissance. Il détermine Lui-même la capacité du contenant. S’Il ordonne que mille litres d’huile sortent d’un vase qui scientifiquement ne semble pouvoir n’en contenir qu’un, c’est Sa gloire.

« Une femme d’entre les femmes des fils des prophètes cria à Elisée, en disant : Ton serviteur mon mari est mort, et tu sais que ton serviteur craignait l’Eternel ; or le créancier est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves. Elisée lui dit : Que puis-je faire pour toi ? Dis-moi, qu’as-tu à la maison ? Elle répondit : Ta servante n’a rien du tout à la maison qu’un vase d’huile. Et il dit : Va demander au dehors des vases chez tous tes voisins, des vases vides, et n’en demande pas un petit nombre. Quand tu seras rentrée, tu fermeras la porte sur toi et sur tes enfants ; tu verseras dans tous ces vases, et tu mettras de côté ceux qui seront pleins. Alors elle le quitta. Elle ferma la porte sur elle et sur ses enfants ; ils lui présentaient les vases, et elle versait. Lorsque les vases furent pleins, elle dit à son fils : Présente-moi encore un vase. Mais il lui répondit : Il n’y a plus de vase. Et l’huile s’arrêta. Elle alla le rapporter à l’homme de Dieu, et il dit : Va vendre l’huile, et paie ta dette ; et tu vivras, toi et tes fils, de ce qui restera » [2 Rois 4 :1-7].

Où est la sagesse humaine ici ? Elle ne consiste qu’à constater : « le créancier est venu pour prendre mes deux enfants et en faire ses esclaves ». Mais le serviteur qui connaît son Dieu sait qu’Il n’est pas dans les limites imposées aux hommes. Ces derniers étudient leurs propres limites, ceux de leur environnement et de leurs lois. Bien que nous soyons dans le monde, toutes choses concourent pour nous dans la connaissance de la gloire de Dieu.

Ce n’est pas que ne devions éprouver toutes choses, en disant parce que c’est écrit. Chacun à la foi dans une sagesse croissante qu’il doit témoigner, et rendre utile dans la communion fraternelle.

L’arche de Noé a bel et bien contenue un couple de chaque espèce animale. Dieu se sert de Sa puissance pour nous montrer ce qui doit arriver dans la suite. Pour Lui, c’est n’est pas plus compliqué que de l’écrire avec un crayon sur du papier. Mais l’homme ne peut comprendre cela, ni faire confiance à Cette puissance de Dieu, en Lui remettant sa vie. Bien des saints ne le peuvent non plus : ils ont cru, mais pas question de dépendre de Dieu pour vivre. Ils emploient leur temps et leur force pour se conformer aux courants du monde: c’est là, leur propre sécurité.

Dites-moi alors où est la foi ?

 

Les ressources du royaume

Le fruit de la lumière dont je vous ai parlé dans mon message précédant est aussi la sagesse de Dieu. C’est le cas de toute gloire de Dieu.

Pendant un régime, nous nous abstenons de certaines choses, et nous  tournons vers d’autres. Nous le faisons dans un but esthétique, pour une bonne santé ou pour atteindre certaines normes. En tous cas, ce ne serait pas un régime si nous nous  laissions aller, sans maitrise de nous-mêmes.

Dans tous ses écrits, l’apôtre Paul nous révèle clairement ce régime, et en voici une part. « Evite les discours vains et profanes ; car ceux qui les tiennent avanceront toujours plus dans l’impiété, et leur parole rongera comme la gangrène. De ce nombre sont Hyménée et Philète, qui se sont détournés de la vérité, disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui renversent la foi de quelques-uns.

Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent ; et : Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité. Dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais il y en a aussi de bois et de terre ; les uns sont des vases d’honneur, et les autres sont d’un usage vil. Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre.

Fuis les passions de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, la charité, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur. Repousse les discussions folles et inutiles, sachant qu’elles font naître des querelles. Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire, avoir de la condescendance pour tous, être propre à enseigner, doué de patience ; il doit redresser avec douceur les adversaires, dans l’espérance que Dieu leur donnera la repentance pour arriver à la connaissance de la vérité, et que, revenus à leur bon sens, ils se dégageront des pièges du diable, qui s’est emparé d’eux pour les soumettre à sa volonté » [2 Timothée 2 :16-26].

Les vases d’honneur sont ceux qui ont suivi ce fameux régime riche de la sagesse de Dieu. Ils sont d’or et d’argent pour le service du Maître, alors que les autres sont pour un usage vil.

Les mauvais aliments sont « les discours vains et profanes », « les passions de la jeunesse » et « les discussions folles et inutiles ». Elles renversent la foi, et ceux qui les tiennent sont des tentateurs qui vous conduisent dans leur propre consommation. Ils vous rendent tel qu’ils sont eux-mêmes, et vous ferez vite comme eux. Comme il est écrit, « Celui qui fréquente les sages devient sage, Mais celui qui se plaît avec les insensés s’en trouve mal » [Proverbes 13 :20].

L’objectif de ce régime est d’échapper à l’iniquité dans le monde où le diable fait loi.

Les diététiciens disent que le simple fait de s’abstenir de certains aliments peut déjà porter ses fruits. Ainsi, c’est en évitant les paroles vaines et impies, que nous évitons « les mauvaises graisses ». Et nous avons les bonnes choses qui nous font croître pour le salut.

Ne vous trompez pas sur vous-mêmes et vos compagnies. C’est à son fruit que l’on reconnaît l’arbre. Même si vous êtes sans discernement spirituel, vos mauvaises œuvres ne sont pas cachés à ceux qui aiment Dieu. Vous cherchez ce qui correspond à votre vision, et vous ressemblerez à l’arbre dont vous mangez le fruit.

« L’enseignement du sage est une source de vie, Pour détourner des pièges de la mort » [proverbes 13 :14].

Si vous avez la communion de ceux qui ont un cœur pur, vous serez renouvelés pour échapper à la corruption. C’est la première fonction de la parole de vérité : affranchir ceux La reçoivent. Le problème, c’est que la réponse ne Lui est pas toujours favorable. En effet, les hommes hypocrites ont une oreille pour la vanité et les discours arrangeant. Cela vous convient peut-être d’entendre « cette pizza te fera du bien ce soir », et peu importe pour vous la vérité. Vous récolterez ce qu’aura valu vos œuvres secrètes (vos motivations).

Contrairement aux discoureurs pernicieux, la parole dans la bouche des serviteurs fidèles reverse les forteresses des raisonnements. Ce sont des spécialistes du régime céleste auquel il faut se soumettre pour atteindre le but de Dieu.

Dans une autre analogie, Paul prend l’exemple de l’athlète qui s’abstient pour une couronne de lauriers. Et nous livrons effectivement bataille pour une couronne, mais une couronne de justice. Nous travaillons dans le royaume, avec les ressources qu’Il contient, afin de croître et de l’obtenir.

Que la grâce abonde pour ceux qui appartiennent au Seigneur, Amen.