vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce (Romains 6:14)

Le témoignage de la bonne nouvelle par Matthieu, marc, Luc et Jean, est dans un temps de transition. Mais à partir des Actes des apôtres, nous voyons l’établissement de la nouvelle règle de doctrine.

Les centaines de lois rituelles et mosaïques, les fêtes et les sabbats, ont disparu.
Il n’est donc pas question pour nous de les faire valoir arbitrairement. Sommes-nous sous la loi ou sous la grâce? L’apôtre Paul dit que ceux qui cherchent la justification de la loi sont sous la malédiction.

Sous la loi, nous sommes tenus de la pratiquer toute entière, sans faute. Sachant aussi qu’une loi d’ordonnance qui procure la vie éternelle n’existe pas. De plus, l’Ecriture déclare qu’elle ne sert à rien, sinon à faire abonder le péché dans la chair.

La loi et les prophètes est accomplie en Jésus-Christ. Non seulement le salaire du péché, mais nous avons en Lui toute la réalité des ombres. Les ordonnances sont pour les incrédules qui échoueront toujours afin qu’ils se repentent de leur présomption.

Ce n’est pas que quiconque puisse montrer la justice par la loi. Même les croyants ont du mal à comprendre cela : l’application des ordonnances n’est pas la justice de Dieu. Certains groupes, hors du fondement, étudient les Ecritures pour saisir des principes à éprouver comme des méthodes, c’est pareil.

Ne croyez pas que les dîmes et les offrandes font exceptions au reste. Les fêtes, les nouvelles lunes, les sabbats, les diverses offrandes, les holocaustes, et les centaines d’autres choses, sont la loi.

Toutes ces choses sont en Christ. Le connaître, c’est reconnaître ces choses en Lui pour les pratiquer par la foi. Combien de croyants ne croient pas de cette façon?

Je peux enseigner par un ministère de vie, et éclairer mes frères par la lumière de la parole. Mais le Seigneur m’a dit que je ne peux pas croire à leur place. Il m’a dit : « s’ils ont la même foi que toi, ils y arriveront ».

Vous ne réalisez pas la malédiction de l’ancienne création dont beaucoup d’entre nous se vantent. La loi des ordonnances réapparait dans les enseignements à cause de la chair.

Appeler un bâtiment « église » est un signe évident d’incrédulité. Bien sûr, quand vous me lisez, vous pouvez dire « l’église c’est les chrétiens ». Mais quand vous le dite, c’est comme manger sans le sens de l’odorat. Vous êtes peut-être capable de dire, subjectivement toutefois, si une chose est bonne ou non. Mais vous ne pouvez savourez sa substance.

Des centaines de millions de chrétiens « vivants », sont séduit par toute sortes d’apparences. Ce peut-être le nombre d’adeptes d’une doctrine qui se rassemblent autour d’un homme, comme si cela représentait la réalité. Regardez plutôt les fruits qu’ils portent, si vous avez un discernement spirituel.

Je crains que votre position ne soit le meilleur témoignage de votre égarement en dehors de la saine doctrine.

Examinez vous-mêmes la doctrine que vous suivez. Confessez dans quelle mesure elle est dans la foi de Christ comme toute la réalité spirituelle de votre culte. Repentez-vous de votre orgueil, et cherchez-le sur le fondement.

Aucune ordonnance extérieure, mais seulement une reconnaissance de la foi dans la saine doctrine, vous vaudra une justification.

Précédemment, je parlais du nicolaïsme. Lui aussi est un signe d’incrédulité. En effet, c’est à cause de l’incrédulité des Hébreux dans le désert, que Dieu décida de réserver le sacerdoce. Il le confia aux lévites, mais tous y étaient destinés à l’origine.

Dès lors, cette tribu avait à elle seule, toute la charge du temple, et les autres dépendaient de leur service.

Mais il n’en est pas ainsi sous la Nouvelle Alliance : tous sont sacrificateurs aujourd’hui. Il n’est pas réservé à une élite de faire tout le travail spirituel, comme dans de nombreuses sectes du christianisme. Malheureusement, cette simple déclaration pourra conforter les orgueilleux, ignorants de la réalité spirituelle.

Cette tendance du déclin vient de la gangrène de l’impiété, par l’accueil des incroyants dans les réunions des saints. Comme ils étaient incapables de servir par l’esprit, il fut donc décrété que certain, une élite, en avait la capacité.

Maintenant, même si la réforme a purifié ce mélange, la chair fait prospérer ce mensonge. C’est en partie à cause de certains ouvriers, des missionnaires en réalité, qui viennent dans une localité et y restent. C’est de l’incrédulité de leur part : puisse-t-ils se repentir pour la foi.

Quoi qu’on dise, le Seigneur est compétent, et Son œuvre dans tous les saints et par Ses ouvriers est précise. Il est puissant pour tout gérer. Mais ces hommes n’ont pas confiance dans le Seigneur. Ils ne croient pas qu’Il puisse Lui-même conduire toutes choses selon la saine doctrine, sur le fondement.

Lorsqu’ils viennent évangéliser une ville, ils y restent. Jusque-là, pas de problème, mais ensuite, ils vont contre l’autorité de Christ, en établissant des dénominations. Dès cet instant, ceux qui se joignent à eux, sont privés de l’approvisionnement du vrai chef, Christ. Ils ont déserté le fondement scripturaire ordonné par Dieu, pour suivre une doctrine altérée.

Au-delà du simple salut, que ces hommes étaient qualifié pour présenter aux hommes, ils sont inutiles. Les croyants spirituels ne resteront pas longtemps sous leur emprise, mais combien sont trompés?

Nous n’avons pas les mêmes fonctions, ni les mêmes dons, mais nous devons tous servir fidèlement, à notre niveau. Le sacerdoce est le collectif du Corps de Christ.

Ces hommes prennent tant de place, et ils veulent contrôler le culte à cause de leur incrédulité. Ils édifient leurs propres « églises » qui ne sont pas de Dieu, ni le Corps de Christ. Pourtant, il est écrit que Dieu créa l’homme, et que Christ est le chef à l’Eglise. Que celui qui peut comprendre comprenne !

Même s’il n’y a que deux, fidèles à l’ensemble de la saine doctrine, et mille chrétiens divisés, l’église est unique. Ce sont les deux fidèles qui marcheront en vêtements blancs avec Christ, dans l’âge à venir.

Ces hommes incrédules dominent (nicolaïte signifie dominateur du peuple), et empêchent le fonctionnement ultra-collectif (normal) du Corps local. Ils défient Christ dans Son Corps, et le gouvernement divin qui les place au même niveau que leurs frères.

Ceux qui cherchent sincèrement Son règne ne peuvent pas supporter les ténèbres de ces sectes. Seuls les orgueilleux y persévèreront, et un jour, tous sauront quelle était l’œuvre de chacun. La foi seule trouve le chemin, la réalité et la vie en Jésus-Christ.

Mon ministère, par Christ, consiste à restaurer la vie du Corps sur les ruines des forteresses de la mort. Le malin a aveuglé l’intelligence de tant de frères et sœurs, mais le Seigneur travail au recouvrement. Ce qui est sûr, c’est que ceux qui croient répondent à l’appel des vainqueurs, quand les autres Le rejettent.

Encore une fois frères et sœurs, que Dieu vous éclaire et vous sanctifie par la porale de Christ, Amen.