Chercher le royaume et la justice de Dieu lorsque l’on est seul est une quête très difficile. Il est essentiel d’avoir un fondement et un amour dans la vérité. Pourtant, la réussite ne tient pas qu’à cela. La fraternité est un soutient salutaire afin d’endurer et de persévérer.

Nous n’avons pas le choix pour ce qui est de la manière de servir Dieu. Il nous faut nous soumettre au fondement des apôtres, car Dieu rejette l’œuvre de la chair. La vérité affranchit de toute illusion, et l’amour motive toute justice. Pouvez-vous comprendre cela ?

Moi qui suis un instrument dans la main droite du Seigneur, j’enseigne et exhorte ceux qui sont assis dans les ténèbres à se repentir. Ce n’est pas la foi du début qui vous garanti le salut complet. En effet, il y a une récompense pour ceux qui persévèrent dans la justice.

Si nous avons cru à la bonne nouvelle, nous sommes alors justifiés pour un salut éternel. Gloire à Dieu à cause de Jésus-Christ notre Seigneur ! Ce salut est Son œuvre et non la nôtre. Mais la volonté de Dieu, pour le dire simplement comme à des enfants en Christ, c’est notre sanctification. Or cette volonté de Dieu n’est pas une loi, mais plutôt un désir qui doit être le nôtre.

C’est pourquoi Il nous sauve par grâce, afin que nous ne soyons pas sous la menace pour obéir. Il nous a sauvés, alors nous Le louons, Amen. Seulement, ceux qui Le glorifient sont dignes d’une gloire que même les rachetés ne goûterons pas sans l’œuvre d’une meilleure justice.

Cette justice de Dieu, c’est que nous nous dépouillions des œuvres de la chair qui sont mortes, pour la justice par le Saint-Esprit. Lorsque nous serons soumis à cette vision, alors nous pourrons chercher, non selon nos propres principes, mais avec lumière de l’Esprit ; non avec nos propres ressources, mais dans la vie divine.

Alors il est essentiel de nous conformer à l’ordre divin. Vous avez sans doute compris que la communion fraternelle est le sujet de cet enseignement. Pourtant, il ne suffit pas de se réunir en bande « chrétienne », ni de manifester quelques dons du Saint-Esprit. Dans ce cas, peut-être aura-t-Il une bénédiction pour certains, mais Il est sûr que la vision de Christ ne se réalisera pas.

Cela fait maintenant un certain temps que je dénonce les sectes qui sont dans l’erreur. Si les enfants de Dieu se réunissent ainsi, ils auront une part illusoire de l’espérance de la gloire. Ce que je dis, c’est que nous ne devons pas nous unir dans la rébellion : soyons fidèles à la volonté de Dieu. Ce qu’Il veut, c’est que nous nous réunissons de Sa sagesse, afin que nous soyons édifiés pour le témoignage de Christ à l’Eglise. Or, l’Eglise qu’Il édifie avec les fidèles rassemble tous les saints qui habite dans une ville ou un village : une Eglise dans chaque ville des saints.

Plus que cela est une rébellion comme à la tour de Babel. Moins que cela est une division de l’orgueil dans la maison de Dieu. Êtes-vous dans l’un des cas précédents ? Alors vous êtes dans un amas de morceaux de vases brisés. Vous ne pouvez pas édifier hors limite de la volonté de Dieu. Alors que faites-vous ? Vous servez Dieu à votre manière, mais Il ne veut pas de votre feu étranger, ni de l’offrande du vieil homme.

Il veut un vase collectif qu’Il peut approvisionner par des ministres fidèles, qui Le connaissent dans l’Esprit de Sa volonté. Et là, peu importe combien sont ceux qui se soumettent à cette règle de doctrine. Même deux qui sont dans l’unité de l’Esprit peuvent endurer dans l’amour de Dieu, et trois qui persévèrent ensembles sont plus solides que les légions rebelles. Le Seigneur édifiera avec eux, et Il perfectionnera Son témoignage au milieu d’eux.

Je disais donc que la volonté de Dieu, c’est notre sanctification. Or être sanctifié, c’est-à-dire « mis à part pour un usage sacré » vise un but, par définition. Et c’est cela : le témoignage de Christ, qui seul plaît à Dieu. Cette gloire de la grâce n’est possible que sur le terrain que Dieu a ordonné pour l’édification de la réalité.

Mais il arrive, sans que la masse des frères ne le sache, que les fidèles se retrouvent seul à être soumis dans l’Eglise. Et dans ce cas, il est difficile d’endurer les tentations du malin. C’est pourquoi je prie le Père de miséricorde que nous nous aimions pour nous soutenir sur le fondement. Une corde avec un brin unique peu céder à la pression, mais la corde à plusieurs brins ne cède pas facilement.

Êtes-vous un brin d’argent et d’or ou un brin de paille et de chaume ? Êtes-vous dans la communion rebelle, tressé avec d’autres brins de la chair ? Ou êtes-vous dans l’unité du Saint-Esprit en vérité, soumis ensemble dans le Seigneur ? Le fait est que le nombre des brins qui forment la tresse donne l’illusion de la solidité, mais elle n’est pas de Christ. Par contre, il suffit d’un reste qui se soumet dans l’unité de l’Esprit de vérité pour endurer dans le Seigneur, contre les attaques du mauvais.

Dans la lettre à l’Eglise de Dieu à Ephèse, au chapitre 6, l’apôtre Paul parle du conflit spirituel et de « tenir ferme ». Dans le langage militaire, « tenir » est une mission qui consiste à garder (protéger) une position déjà acquise. En effet, le Seigneur a déjà vaincu pour nous, et nous héritons cette victoire par la foi. Comme il est écrit : « Lui (Dieu) qui n’a pas épargné son propre Fils, mais l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas toutes choses avec lui (Son fils) ? » [Romains 8 :32].

Tout est à nous, nous sommes à Christ, et Christ est à Dieu. Rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu en Christ, mais le diable ruse pour nous ôter notre assurance dans la réalité. Tenons ferme avec toutes les armes de Dieu !

Mais sachez une chose : c’est collectivement que nous nous revêtons de l’armure et des armes de Dieu. Ne soyons pas présomptueux : le Corps n’est pas un seul membre, mais nous sommes membres les uns des autres, non seulement pour nous faire du bien les uns les autres, mais aussi pour tenir ferme contre les l’ennemi du royaume de Christ.

Je brandis l’épée de l’Esprit qui est à la fois offensive et défensive, car Dieu l’a voulu ainsi. Mais je connais la valeur de l’amour fraternel et de l’unité à l’Eglise de Dieu. Je supplie le Père de m’accorder le soutien des frères, car c’est aussi un salut pour moi. Toutefois, je puis tout par Celui qui me fortifie. A Lui soit la gloire, Amen.

Si quelqu’un prétend chercher la justice de Dieu, alors l’exhortation qui suit s’adresse à lui.

Soutenez-vous les uns les autres, en évoquant le nom du Seigneur avec les fidèles de l’église locale. Je ne vous dis pas d’exclure les frères de la communion, car s’ils se réunissent conformément à la sagesse, ils sont en communion avec vous dans l’Esprit du Seigneur.

Ne manquez pas de prier, afin que l’Esprit soit plein de force en vous. Ne cessez pas de vous entretenir par des cantiques spirituels, en chantant de tout votre cœur les louange du Seigneur. Vous êtes déjà vainqueurs dans la soumission au Seigneur Jésus : ne laissez pas l’adversaire vous dépouiller par ses mensonges.

Témoignez plutôt Sa victoire sur le diable, et la destruction de ses œuvres à la croix de Christ. Le royaume est à vous, et vous êtes dans l’attente de la manifestation de Son règne et de votre règne avec Lui, si vous persévérez dans Sa parole. C’est ce que j’enseigne dans tous mes messages dans l’Eglise de Dieu, selon Son appel.

Obéissez aux serviteurs de Dieu qui enseignent Sa parole. Si quelqu’un vient contre cet Evangile de la gloire de Christ, ne l’écoutez pas. Mais ceux qui sont établis pour le perfectionnement sont des instruments de votre confirmation dans la victoire.

Ayez du discernement : des loups cherchent à vous extorquer vos bonnes œuvres. Obéissez à Dieu ; soutenez l’endurance des frères qui habitent la même ville ; persévérez dans la vérité. Le Seigneur est proche : rachetez le temps.

Miséricorde sur ceux qui aiment Dieu, sur ceux qui L’aiment dans la vérité, Amen.