Samuel S. Vigné, aux saints qui sont fidèles dans la révélation et la sagesse de notre Seigneur Jésus-Christ. Moi qui suis ouvrier dans le relai des frères qui ont obéit au recouvrement de la vérité, je prie mon Dieu pour Sa miséricorde envers le reste de Sa maison. Aussi, grâce et paix soient accordées aux frères pour la foi de la vérité et l’obéissance de l’amour, Amen.

Aucune division n’est acceptable aux yeux de Dieu. S’il est avéré qu’un individu est un croyant en Christ, c’est-à-dire un chrétien régénéré, alors il fait partie de l’église locale dans « sa » ville. Peu importe, à ce sujet, qu’il participe à la vie d’église, à des réunions sectaires ou qu’il erre sans communion des saints.

Est-ce à dire que Dieu tolère le mensonge et la rébellion ? Loin de là. Mais il est certain qu’un croyant fait partie de l’église de la localité où il habite officiellement. C’est ce que Dieu a ordonné et c’est aussi ce qui paraitra au retour imminent du Seigneur. Car ceux qui ne sont pas dans la foi des éléments de la parole perdront la couronne de justice, n’étant pas obéissant pour obtenir ce prix. Nous sommes sauvés par la foi, une fois pour toute. Mais la gloire de l’âge à venir est réservée aux vainqueurs qui ont persévéré dans la justice.

J’adresse un appel à mes frères et les sœurs en Christ : au nom du Seigneur Jésus, unissons-nous dans la vérité. Ceux qui se sentent appartenir à des associations humaines, des « églises » modernes qui n’en sont pas, sont tout de même dans l’église scripturaire que Dieu voit. Par contre, ils sont sans œuvre acceptable dans le vase collectif qu’est l’église locale. C’est la preuve d’un manque de vie donc de puissance, n’étant pas dans la communion de la Tête en soumission. C’est d’un défaut de foi donc de maturité, d’amour donc d’obéissance, de lumière et de vérité, d’espérance donc de motivation spirituelle.

Ce n’est pas une menace de ma part ; où ai-je tort de vous dire la vérité et de vous exhorter à la justice et à l’amour de Dieu ? Car en effet, dans la désobéissance au fondement des apôtres et au commandement divin, il n’y a aucune justice et aucun témoignage d’amour envers Dieu et les frères.

Frères, je vous prie d’examiner mon ministère adressé à tous les saints sur lenouvelhomme.org, cela afin de nourrir votre foi dans la volonté de Dieu. L’Eglise ne disparaitra pas du milieu de vous, mais l’heure est avancée, de sorte que la persévérance ne doit plus tarder.

Je ne suis pas, moi qui vous écrit, un ancien de l’Eglise à Fort-de-France. Car je ne suis pas le fruit d’ouvriers fidèles dans l’œuvre, mais celui du recouvrement du Seigneur dans la lumière de la vie. Mais qui se soucie avec moi de l’œuvre de Dieu dans ma propre localité ?

Vous qui croyez au nom de Christ, êtes la lumière du monde jusqu’à Son apparition. Je vous exhorte donc à l’occasion de la compassion, à compléter le commandement du Seigneur.

L’iniquité s’accroît dans le monde et l’amour est refroidit dans la maison de Dieu. C’est pourquoi de si nombreuses hérésies et autant de groupe sectaire prolifèrent partout dans le monde. Mais Dieu attend l’obéissance des vainqueurs. Le Seigneur suscite des serviteurs spéciaux, des ministères de vie dont je suis ; or, je ne me recommande pas moi-même. Mais celui qui veut faire la volonté de Dieu en vérité sait d’où vient la parole qu’il entend.

Pour ceux qui sont dans les dénominations et autres sectes du christianisme mort : sachez que rester n’est pas une preuve d’unité et de force, mais au contraire de division et de faiblesse. Car l’unité ne vient pas de la rébellion au fondement des apôtres, ni la force de l’injustice dans le manque d’amour.

J’en appelle à ceux qui ont reçu ce ministère parmi vous, pour relayer la parole de vie qui est aussi en vous. Nous réunir n’est pas un gage d’unité dans la vérité, mais si la même vision céleste qui est dans l’amour de Dieu nous anime alors nous en avons la preuve. Je prie pour que le Père soit miséricordieux afin que nous nous accordions dans Son Esprit selon Sa volonté.

Que grâce et paix soient multipliées aux saints fidèles, Amen.