« Je fais tout à cause de l’évangile, afin d’y avoir part » [1 Corinthiens 9 :23].

Dans cet âge mauvais, nous expérimentons l’évolution : les sciences d’aujourd’hui ne sont pas les standards et les découvertes d’hier. Il a d’ailleurs déjà été démontré que le progrès est cumulatif. La connaissance des lois de la physique et tout autre savoir sont des découvertes faites au fur et à mesure, et ne disparaissent pas au travers des générations, mais sont complémentaires des choses déjà découvertes. Ici, je ne veux pas faire l’exposé des choses qui ne sont que l’ombre de la réalité : je vous prie seulement d’être attentif, afin que vous ne soyez pas trouvé réprouvé par rapport à la vérité présente, qui est la révélation et le cumul des choses spirituelles recouvrées, mais aussi d’une révélation plus profonde de Christ.

Mon message est d’avantage un appel à une nouvelle consécration qu’un enseignement. Mais comme fondement de cet appel, je sollicite chez vous un cœur ouvert afin de discerner la sagesse de Dieu qu’Il révèle en Christ-Jésus. Il y a un très grand nombre d’erreurs et de mensonges par lesquels le malin fait trafic des hommes dont l’intelligence a été aveuglée totalement ou partiellement pour qu’ils ne voient pas briller la splendeur de la gloire de l’Évangile de Dieu sur la face de Christ.

Dans un premier temps, bien que certains termes soient étrangers à beaucoup de lecteurs, je tacherai de renverser des forteresses hérétiques et de contrarier certains raisonnements, tout en considérant les humbles pour qui la grâce est réservée en abondance. Ce livre pourra paraître comme un ensemble bigarré avec quelques redondances, mais les questions abordées sont choisies par le ministère de vie pour la victoire des saints dans une consécration adéquate ; de plus c’est une sécurité pour vous. J’avoue même estimer un manque de rappel pour certain oublieux de la ligne doctrinale. Ma prière, c’est qu’un grand nombre soit éclairé de la véritable lumière de l’Évangile qu’il poursuivra dans la communion du Dieu trinitaire avec les saints.

L’œuvre de l’Esprit de Dieu dans les croyants consiste en deux grands groupes : (1) la croix/ la communion des souffrances de Christ pour la destruction de la chair, le dépouillement des ressources propres (du moi) pour le fondement d’un état conforme à la mort de Christ. (2) la résurrection/ l’approvisionnement de vie pour une expérience tout-inclusive de Lui ; sur la base de la mort de Christ nous sommes fortifiés et portons le fruit de la lumière selon la mesure du don dans la foi. Ce n’est pas que toute l’expression de la vie chrétienne authentique soit exposée dans cet ouvrage, mais la grâce ne manque pas et au contraire se multiplie pour celui qui est sincèrement en recherche. Je crois toucher complètement au caractère de l’Évangile sur lequel les élus pourront édifier leur foi : puisse le ministère de vie être profitable à chacun.

Durant les générations qui ont suivi l’Église primitive, l’Église de Dieu a connu une grave dégradation jusqu’à devenir une église en communion avec le monde, et même réprouvée en ce qui concerne la foi : dans cet état, Elle est dépouillée de toutes les richesses de Christ, et l’Écriture l’appelle « Babylone la Grande, la mère des abominations et des prostituées ». Elle a ainsi décliné jusqu’au seizième siècle, époque à laquelle commence le recouvrement de la foi. Lors du premier siècle de recouvrement, surgit de l’église apostat par un déploiement de la puissance de l’Esprit de Dieu, un reste « protestant », depuis lequel le Seigneur, dans les quelques siècles qui suivront, recouvra peu à peu, mais avec le zèle du courant de Son Esprit, toute la vérité qu’Il nous dévoile jusqu’à présent. Dans ce fameux courant de l’Esprit, le Seigneur nous ramène aux éléments fondamentaux de l’évangile de la gloire de Christ, comme la justification par la foi, la sanctification, la guérison divine, le baptême du Saint-Esprit, l’amour fraternel, etc.

Toutes ces vérités ont été recouvrées aux moyens de serviteurs du Seigneur, mais ont malheureusement donné lieu à des divisions, qui donnent aussi jusqu’à maintenant naissance à de nouvelles « dénominations » : aux vingtièmes siècles, on en compte plus de cent-cinquante. Toute cette confusion est due au fait qu’à chaque recouvrement de l’histoire chrétienne, il n’y a qu’un reste du peuple de Dieu qui soit obéissant à la révélation. Il sera alors question d’une réforme de la doctrine avec une vie recalibrée d’une part, et d’une conservation en l’état d’autre part, bien que d’autres encore, une minorité, soient heureusement le produit cumulatif des vérités recouvrées dans une certaine mesure. Nous noterons toutefois que la révélation de la justification au moyen de la foi recouvrée par Martin Luther, restera un fondement du recouvrement qui commence suite au déclin apostat.

Aujourd’hui, bien qu’il s’agisse encore d’un reste, le recouvrement de la vérité présente s’élargit au sein du peuple de Dieu. Dans cette vision de l’économie de Dieu, nous voyons Christ comme le centre et l’universalité : c’est-à-dire toute la réalité spirituelle et la gloire des choses divines, positives et saintes, et une expérience bien réelle pour ceux qui vivent en esprit.

Nous connaissons le dessein éternel de Dieu en Christ Jésus : Dieu veut tout réunir sous une seule tête en Christ ; Ce dernier est la réalité et le Dieu de la création, et en dehors de Lui, tout est néant destiné au néant. Dieu s’est dévoilé à la création par Jésus-Christ. En Lui, Il est entièrement manifesté, et non seulement Christ est Sa corporisation, mais Il recherche Sa multiplication, afin d’être glorifié par de nombreux fils à l’image de Jésus-Christ. Cette création que nous sommes en Christ glorifie Dieu au-delà des cieux, c’est ainsi qu’Il accomplit pleinement Son dessein. Son plan est ce qu’Il s’était proposé en Lui-même dans l’éternité passé, qu’Il a mis en œuvre dans le siècle présent, afin qu’Il trouve son plein accomplissement dans l’éternité futur, lorsque que Dieu habitera avec Son peuple étant parfaitement un avec Lui. C’est ce qu’Il révèle tout au long des Écritures : tout cela, Il le réalise en Christ-Jésus qui est le mystère caché dans les générations passées, mais révélé maintenant par Son incarnation et avec grâce par à ceux qu’Il a choisi d’avance, afin qu’ils en soient témoins.

J’en viens maintenant au sujet de mon message et appelle chaque croyant à la foi de Christ, car nous avons été prédestinés, crées, appelés, justifiés et glorifiés d’avance pour un but. Ce n’est pas pour le monde, ni pour l’adversaire de Dieu ou nous-même, mais pour Dieu : si vous êtes en Christ, Il doit être votre Seigneur, Lui, et non la lettre, Lui, la Personne, et non l’image religieuse que l’on peut se faire sans une vraie communion. Car si nous ne nous attachons pas à Lui dans une véritable consécration, nous coopérons avec Satan qui nous engloutira. Déjà, certains enfants de Dieu trouvent des excuses à leurs échecs dans leur ignorance de Christ. Pourtant, Il est a porté de tous croyants, là, dans l’esprit de chacun, Il est présent et se révèle comme la vie sainte et glorieuse avec toutes Ses richesses en nous par le Saint-Esprit.

Reconnaissez Christ comme Tête à l’église et non un homme, Lui, et non une doctrine ; ne soyez pas de ceux qui restent au pied de la montagne dans la vallée de l’échec et de la faiblesse, choisissez Christ en Sion. Il est probable que les doctrines sur lesquelles se base telle ou telle dénomination soient « vraies », mais qu’elles ne soient pas un obstacle à la communion locale des frères et sœurs, et à la paix universelle, car devant Dieu, il n’y a que Christ, et nous sommes ensemble Son Corps et Sa plénitude. Si donc nous sommes divisés dans nos cœurs, nous porteront la peine du mépris de la réalité, et loin de moi l’idée de laisser prospérer cet état des choses, car si Christ a détruit le mur de l’inimitié par la croix et qu’Il a fait des juifs et des non-juifs un seul peuple par la foi, ce n’est pas pour que le nouveau peuple qu’Il s’est acquit se perdent dans pareille folie. Le commandement que notre Seigneur nous laisse est celui-ci : « Aimez-vous les uns les autres ». Voulons-nous sabotez l’œuvre de l’Esprit de Dieu dans lequel nous sommes unis ?

Cherchons-nous à être réprouvés lorsque Jésus-Christ apparaîtra pour nous retrouver dans un lien d’amour par Son Esprit ? J’exhorte tout chrétien à abandonner ce qui le retient pour une vraie relation avec Jésus-Christ en L’invoquant comme son Seigneur, son seul Seigneur. Il est La Personne de l’Église, c’est Lui qui est l’Homme Spirituel dont nous sommes chacun les membres, et dans ce lien d’amour, Il règne au milieu de nous. Lui seul est digne de vivre devant Dieu et nous devons nous soumettre à cette règle de doctrine : Chaque jour, à chaque heure et sans cesse, communiez de manière vivante avec Christ, votre Seigneur ; avec votre cœur tournez vers Lui, dites : « Oh, Seigneur Jésus ! Oh, Seigneur Jésus ! Je me soumets à toi, révèle-moi Ta paix et Ton amour, règne aujourd’hui et pour toujours ! » Et confessez qui Il est pour vous, car vous Le connaissez si vous êtes né de l’Esprit. Chaque jour levez-vous avec Lui, et n’y manquez pas. Ayez du zèle pour Le connaître jusqu’au bout avec les saints, et non de la paresse.

Que Dieu vous accorde la grâce dans l’Église pour jouir d’une communion vivante en Christ, Amen.